Décidément, l’Argentine est à l’honneur ces derniers temps : match de rugby absolument inintéressant au Vélodrome, Maradona qui fait des siennes dans son nouveau rôle de coach sportif, affaires de censure sur Internet, … Rien de très glorifiant me direz-vous. Heureusement, cette nuit a été l’occasion de voir surgir une bonne nouvelle pour l’Argentine et son territoire, puisque Google Maps a enfin intégré le détail des rues et routes du pays !

L’Argentine, c’est pas le Luxembourg. Un territoire dont la superficie s’étend sur 2 766 890 km², soit près de 5 fois celle de la France, et parcouru par plus de 400 000 km de routes pas forcément asphaltées, autant dire que le travail de reconnaissance n’a pas dû être du gâteau.

Et effectivement, le processus a demandé du temps selon Google, qui attend depuis plusieurs années du fait du manque d’information sur les routes du pays. La recherche du candidat idéal pour le recensement des routes s’est révélé difficile, du fait de la superficie à couvrir et de la qualité des cartes à fournir, et c’est finalement grâce à Geo Sistemas, une entreprise locale préférée à l’Instituto Geográfico Militar, que le tracé argentin a enfin pu être implémenté dans Google Maps.

Mais le travail n’est pas terminé, et les fonctionnalités viendront petit à petit : d’abord le report des informations sur la version mobile de Google Maps, qui devrait être effective la semaine prochaine. Ensuite est prévue l’implémentation de la recherche d’adresses, suivie du calcul des itinéraires, puis de la recherches de points d’intérêt à proximité, et à terme, le formidable Street View, déjà en place sur les villes comme Paris, Lyon et Marseille…

On pourra alors visiter Buenos Aires virtuellement, et se remémorer les restaurants sympathiques où l’on pouvait y déguster empanadas et autres bifes de lomo… 😥

En attendant, vous pouvez toujours retracer mes points de passage sur le territoire argentin, où vous essayer au castillan, en jetant un œil sur l’article paru à ce sujet dans La Nacion.

Étiquettes : , , , , ,
5 réponses à “Google trace sa route en Argentine”
  1. neby55 dit :

    A quand le Street View à Bar Le Duc !!??

  2. Dul dit :

    t’as pas l’impression que l’argument de la complexité du travail a effectuée est totalement bidon?

    J’ai rarement entendu un argument aussi pourri je dois dire.

    1- Tu crois vraiment que les routes brésiliennes ou chiliennes sont meilleures que les argentines ?

    2 – Tu crois vraiment qu’il est plus simple de par exemple de cartographier la forêt amazonienne que la province de Buenos Aires ?

    3- Parlons du Pérou aussi, où la par expérience je peux t’affirmer que les route Argentine sont de véritables autoroutes à côté.

    4- Regarde les pays qui ne sont toujours pas sur googlemap (Bolivie, Paraguay…)

    Que yahoo ait intégrer depuis un bon moment les routes argentines et que sur openstreet tout Buenos Aires soit mis en place n’a évidement rien à voir.

    Allez mon bichon, disons que google s’intéresse à l’Argentine pour ne pas perdre par rapport à la concurrence, rien à voir avec la complexité sur le terrain sûrement davantage à voir avec ce que réclamait l’IGM pour passer à google ses cartes!
    Pour ce qui est de Maradonna qu’il rentre dans le lard du vieux facho à la tête de la fédération argentine n’est pas une mauvaise chose! Pour le reste je n’aime le foot que quand Marseille perd et que Rouen gagne pour dire…

    PS : c’est quoi le truc génial de googlestreet?

  3. Dul dit :

    PPS: tu crois que le problème est le même pour la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane? c’est vraie que l’IGN est une grande incompétente.

  4. El Gringo dit :

    Eh bien, Dul, je te remercie pour ces commentaires qui vont à l’encontre des langues de bois que j’ai pu lire dans La Nacion ! Effectivement, à la lecture de tes arguments et à ma petite connaissance de l’Argentine, je dirais qu’il doit y avoir une histoire de sous derrière tout cela. Mais finalement, nous ne connaîtrons jamais la vérité, et ce qui importe en fin de compte c’est le service auquel auront enfin accès les argentins, besoin notamment manifesté par un groupe sur Facebook intitulé « GoogleMaps en Argentina, YA ! ».

    En ce qui concerne StreetView, j’avoue que c’est d’avantage la prestation technique qui m’impressionne, plutôt que l’utilité de la chose…

  5. Dul dit :

    J’me rends compte que j’ai oublié l’argument massu, même si je l’évoque en parlant de l’IGN.

    Je serai fort supris que IGM n’est pas une cartographie complète du territoire argentin. Du coup il y a deux possibilité, soit IGM considère que ce sont des données stratègiques et qu’ils refusent de la passer à Google, ce qui m’étonnerai vu que Yahoo les a. Soit Google n’était pas près à accepter les condition de l’IGM ce qui semble tout à fait probable.

    Pour ce qui est de la Nacion tu ferais bien d’arrêter de lire ce journal dont le concept est davantage la désinformation que l’information.
    Par contre savoir la vérité sur le fond de l’affaire ne doit pas être très complexe. Plusieurs base de recherche, quelles sont les données utilisées par Yahoo, quel est le coût des données en passant par l’IGM par exemple.

    Streetview, c’est un joli défi technique, mais pour moi une perte de fric gigantesque. Mais Google à bien le droit de jouer :).

    Pour la langue de bois, ben j’aime pas trop :), la mauvaise foi je dis pas hein 🙂

  6.