Cela a été officialisé deux jours après notre arrivée au pays, c’est le groupe français Alstom qui a été choisi pour fournir à l’Argentine sa première ligne de Train à Grande Vitesse, la première en Amérique Latine.

Lignes TGV en ArgentineEn pleine année électorale, le président argentin Néstor Kirchner a en effet fait du transport ferroviaire l’un des axes de sa politique. Il espère ainsi améliorer la croissance du pays, en prévoyant notamment 5000 emplois directs et 20000 indirects. Cette première ligne de 710km reliera en effet les trois principales villes du pays, Buenos Aires, Rosario et Cordoba, actuellement en plein essor économique.

Cette décision de la part du gouvernement argentin est une première depuis la suppression de tous les services de train longue distance, dans les années 90, par Carlos Menem. A l’époque, le système de trains, qui avait aidé à construire un pays riche, ne remplissait plus la fonction pour laquelle il avait été conçu, de manière étatique ou privée. Jugé non rentable, il était synonyme de lenteur, de saleté et d’inefficacité pour la majorité des argentins, mais bénéficiait tout de même aux villes de l’intérieur, qui se sont soudain trouvées isolées des principaux centres urbains.

On peut donc imaginer que le TGV apportera une réponse adaptée au besoin d’un pays aussi étendu que l’Argentine, et au relief aussi plat. Car avec une vitesse qui pourrait atteindre 320km/h, le train reliera la capitale à Rosario (à 310 km au nord) en 85 minutes, pour atteindre Cordoba (distante de 400 km de Rosario, plus à l’ouest) en 90 minutes. A l’heure actuelle, les automobilistes doivent rouler près de dix heures pour faire ce même trajet.

Le président péroniste devrait lancer d’ici à la fin de l’année deux autres appels d’offre internationaux pour relier Buenos Aires à la cité balnéaire de Mar del Plata, au sud, et Mendoza, à l’ouest. Il s’agira pour Alstom de saisir à nouveau ces opportunités avant ses concurrents, dont l’Allemand Siemens…

Étiquettes : , , ,

Les commentaires ne sont plus admis.